AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]   Sam 8 Sep - 1:50

En tout individu se cache au travers d’une certitude profonde des localisations appréciées où chacun souhaite secrètement se rendre, sans raison autre qu’une préférence subjective et incontrôlée. Ceux-ci peuvent être aussi variés qu’insolites et c’est alors que, guidé par un instinct inconscient, Dregor se rendit du côté de l’amalgame hétéroclite constituant la décharge. Peut-être était-ce l’aspect désolé des lieux, vides de mémoires autres que le rejet des consommateurs chagrinés d’un sentiment de désuétude.

L’espace était visiblement peu tenu pour cause de toute la racaille sévissant alentour, induisant une impression véritable de désolation jusqu’alors insoupçonnée même pour l’endroit. Le teremundo y pénétra dans le courant de la nuit, profitant de cette obscurité bienfaitrice pour se mouvoir en toute discrétion, conduit par un déterminisme de circonstance, amené par des besoins primaires que sa nature seule ne pouvait réprimer. Ainsi, au prix que quelques redondantes explorations désastreuses dont le seul souvenir constitua en une exposition à ciel ouvert d’immondices ingrats et placides, dénués de tout intérêt pour sa personne.

Fort heureusement pour le promeneur nocturne, quelques points de fumées émanant des couverts internes à la décharge finirent par s’élever, dévoilant la position de quelques opportunistes ou brigands, décidés à trouver le bonheur sous la forme qui leur convenait au détour de recherches de matériel ou d’explorateurs inconscients. L’excitation de voir sa faim contentée le gagna progressivement tandis qu’il approcha d’un feu caché derrière un tas informe de détritus mais au grand dam de celui qui avait pris pour habitude d’exercer avec discrétion se voyait peu gâté par ces ordures qui au moindre contact ne manqueraient pas de dévaler dans un fracas inconcevable. Dregor s’arrêta net, figé sur place le temps de la réflexion, ses bras pendant comme deux poids morts tandis que son regard fixait un vide imaginaire jusqu’à ce qu’un trait de conscience l’amena à privilégier le comportement par l’accès principal de cet étrange isoloir.

Un homme, modestement vêtu et équipé d’une veste kaki propre à la pratique de la chasse par ces compartiments démesurément nombreux, fier porteur d’une moustache accoudé à un fusil tenant sur un tas branlant d’immondices dégustait auprès de la chaleur d’un feu pollué une merveilleuse boîte de haricots blancs, expert en l’usage de la cuillère à soupe avec laquelle il dégustait ce somptueux repas. Etait-ce de la chance ou de l’inconscience mais le repas de fortune d’un point de vue teremundo, se tenait dos à son futur agresseur. Ne tenant plus sous l’effet de sa faim, Dregor s’approcha furtivement de la personne et, alors qu’il se situa juste dans son dos, se pencha d’une manière peu joviale et porta son visage près de l’épaule de l’homme, lui murmurant quelques notes lugubres qui ne manquèrent pas d’effrayer la proie qui dans un réflexe plutôt fulgurant empoigna son arme et s’engagea à se tourner vers le farceur qui, quant à lui, ne lui laissa que le temps d’espérer pouvoir se défendre avant d’écourter sa vie en pénétrant la cher de la victime qui suite à un bref tressaillement nerveux demeura inerte, ne tenant plus que par la seule traction du bras meurtrier.


Le teremundo se rassasia, débarrassant généreusement l’homme de sa magie puis abandonna le corps qui s’abattit au sol comme une masse, affichant malgré lui l’impact de la blessure létale qui lui fut infligé, faisant dorénavant partie intégrante de la décharge. Il prit cependant la place assise de sa victime et imita un premier temps sa dernière posture avant de faire face à l’entrée du dédale, gardant une totale immobilité jusqu'au matin, comme si sa seule raison de vivre du moment avait été de trouver un aliment de subsistance, attendant inerte qu’une raison le pousse à se mouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]   Sam 22 Sep - 11:21

Une créature de cauchemar.



Yuu se rapprochait petit à petit de son objectif. Déjà, elle avait réussis à survivre pendant 3années toute seule dans le danger et la cruauté de ce monde ce qui lui avait apporté une certaine expérience non négligeable. Aussi bien pour le fait de se nourrir que pour se défendre même si de toute évidence elle restait tout de même extrêmement faible face aux personnes doté de pouvoirs magiques. Ensuite, elle avait fini par trouver un moyen de devenir plus puissante, devenir un samouraï. Enfin, elle en avait rencontré un mais ce n’était pas pour autant qu’elle voulait vraiment devenir samouraï, le titre même ne l’intéressait guère, ce qui l’intéressait elle c’était la puissance qu’elle pourrait obtenir. Et le samouraï qu’elle avait rencontré, Akechi Susanoo lui avait montré à quel point il était puissant, de ce fait la jeune vagabonde avait voulu devenir son élève.

Désormais, Yuu était revenu sur le continent de Punent-Isfel étant donné que l’Empire que servaient les samouraïs était ici. Et par elle ne savait quel moyen, elle avait réussis à se perdre. Oui parfaitement, se perdre alors qu’elle était revenue en compagnie d’Akechi qu’elle n’avait pas quitté d’une semelle. Elle été décidemment très doué pour le coup. Enfin bref, tant pis hein, elle allait bien finir par retrouver son chemin, elle avait passé 3ans sur ce continent donc elle le connaissait plutôt bien. Yuu marchait depuis de nombreuses heures à la recherche d’elle ne savait quoi, Akechi ? Hum si elle se souvenait bien il était très difficile d’entrer sur le territoire de l’Empire alors ce n’était pas avec sa puissance qu’elle allait y arriver. Non, elle ne recherchait pas le samouraï, elle cherchait juste un endroit où se reposer et quelque chose à manger aussi.

Un grondement sonore retentit de son ventre et la petite demoiselle passa une main dessus et se mit à le caresser machinalement à travers son haut déchiré. Elle devait trouver quelque chose à manger. Avec cet objectif en tête, la jeune fille continuait de marcher mais elle était dans un endroit désert, dénué de toute vie qu’elle soit humaine ou naturel. Comment se nourrir alors qu’il n’y avait même pas d’herbe qui poussait tout autour d’elle et que seul un désolant chemin lui faisait face ? Ne sachant où elle trouverait de quoi se maintenir en vie, Yuu suivait le chemin dans un silence de mort, il n’y avait pas le moindre bruit aux alentours et la jeune fille avait la désagréable sensation qu’il y avait quelque chose de dangereux au bout de cette route. Qu’importe, elle n’était pas du genre à être effrayer facilement. Malgré son instinct qui ressentait quelque chose d’anormal, la demoiselle continua sa route dans l’espoir de trouver à manger au de-là de cet endroit.

Au bout de plusieurs minutes de marche une odeur affreuses se mis soudain à lui attaquer les narines et elle laissa échapper un bruit plaintif. Bon sang ce que ça sentait mauvais ! Yuu ne savait pas ce que c’était mais, poussée par sa curiosité, elle alla voir ce qu’il en était. Une fois arrivée devant la source de cette puanteur la petite vagabonde fit des yeux ronds. Devant elle se dressait une véritable montagne d’ordures, à côté d’elle, les buildings d’Ethera City n’étaient rien. De toute évidence ce n’était pas ici qu’elle avait trouvé de la nourriture. Yuu poussa un long soupir et s’apprêtait à rebrousser chemin lorsque son regard perçut quelque chose d’anormal. Elle croyait avoir vu… Non ce n’était pas possible… Si ?

Une nouvelle fois poussé par sa curiosité, la demoiselle se rapprocha de ce qui avait attiré son attention et son sang failli se glacer lorsqu’elle se rendit compte que sa vue ne lui avait pas joué des tours. Devant elle se tenait… Une créature. Oui, c’était le terme le plus approprié pour le désigner, il ne ressemblait en rien à un humain si ce n’était qu’il se tenait sur ses deux jambes. Il semblait recouvert d’une étrange armure métallique qui ne faisait qu’un avec son corps, ses pieds… N’étaient pas des pieds mais deux espèces de lames qui s’enfonçaient dans la terre. Une partie de son torse était visible laissant apparaitre des abdos sur un corps aussi blanc que la neige, mais le plus terrifiant dans son apparence n’était pas son corps ni même ses mains qui ressemblait à des griffes d’animal. Non, le plus effrayant était son visage.

Son cou ressemblait à celui d’un Dragon et son visage n’était de toute évidence aucunement humaine. Un masque blanc avec deux feintes au niveau des yeux, il semblait démunie de nez ou de bouche mais étant donné que Yuu était assez loin de l’individu peut-être qu’elle ne les voyait pas. Dans tous les cas, son apparence ressemblait ni plus ni moins à une vision cauchemardesque. Il n’était pas Humain ! Mais qu’était-il donc dans ce cas ? C’était la première fois que la jeune demoiselle voyait une pareille créature et après être resté immobile pendant quelques minutes tant sa surprise avait été grande, elle se cacha derrière une montagne de détritus. Son rythme cardiaque s’était mis à accélérer en voyant l’être et Yuu se demandait ce qu’elle allait faire, car la créature l’avait sûrement remarqué.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]   Dim 23 Sep - 15:19

Parfois, le visage s’était mu, prêtant une indifférence attentionnée à l’environnement putride des lieux entachés par la corruption de la cité et les viscères du pauvre hère qui expira la veille au soir. Dorénavant dans un besoin quelconque de retrouver fonction, Dregor observa des heures durant tout ce qui l’entourait, sans autre mouvement que divers débris hétéroclites poussés à la dégringolade sous l’action d’un zéphyr aussi symbolique que sa caresse ne daigna pas même procurer le moindre soulagement, corrompu par la richesse locale et ajoutant de fait à l’ambiance ordurière.

Ceci dit, aux yeux du teremundo, le lieu n’était pas sans « charme » dans le sens où ce dernier convenant à son absence de toute exigence en matière de lieu de vie ou pure croisière momentanée. C’est donc suite à cette recherche en toute ignorance de cause que, poussé dans un élan créatif ou de bribe mémorielle, celui-ci s’enquit à se pencher au sol, toujours assis à côté d’un corps aussi quiète que le responsable de son trépas. Sa main vint se poser à même le sol, ici une terre battue et dénuée de toute végétation dont l’aridité contrainte n’avait pour seule égale son incroyable capacité à projeter des effluves de poussière à tout choc notable, puis, un doigt seul, guidé par une force étrangère décrivit diverses formes sur ce premier, abstraites avant d’évoluer en des ensembles complexes, représentant vaguement des rues ou une pièce d’intérieur. Après quelques instants, un individu commença à apparaître, vague et méconnaissable, d’un anonymat affligeant et, alors qu’après ce qui sembla une hésitation, Dregor entama le visage. S’en suivit une profonde douleur à une tempe, sifflant à ses ouïes d’atroce manière, le forçant à porter ses mains à son crâne, se tordant de douleur au sol, s’asticotant dans une souffrance muette dont seul le tintement métallique exprima la virulence.

Subitement, la douleur disparut, laissant le teremundo au sol, inerte le regard fixé vers la sortie du dédale, notant alors la présence d’une jeune fille qui quelques secondes plus tard, fondit quelque part derrière les immondices. Il se « redressa » alors et évolua en cette direction, les bras pendant comme si le marionnettiste en avait coupé les cordages et, une fois arrivé à l’intersection, pivota la tête à la recherche de l’observatrice dont même l’essence occulte ne parvenait à la distinguer dans tout ce fatras. Alors qu’il s’engagea dans une voie, un son le détourna vivement de sa destination et, aussi vite qu’il le perçut, fondit sur son origine. Il tomba de toute évidence sur la fuyarde devant laquelle il s’arrêta net, ayant auparavant courbé davantage sa posture pour s’élancer, bras traînant en arrière, mains face à leur objectif. Là, il s’inclina de manière à se trouver masque-à-face avec elle, suivant les moindres mouvements du sien de façon à toujours lui faire face, approchant lentement ses mains griffues qui, peu avant de toucher son visage, s’abaissèrent. Un murmure fantomatique, semblant se réverbérer à l’intérieur de la carcasse, s’extirpa du teremundo, d’un ton lugubre et plat.


- Mmm...moi ?

A cette seule esquisse de parole maladroite, le masque se mit à onduler, adoptant un profil semi-liquide, se déformant et adoptant en un premier temps une expression humaine et nacrée, gagnant enfin couleurs, et formant désormais la réplique exacte de celle qu’il observait. Le visage était le même mais n’affichait aucune expression, les yeux qui, malgré leur fixation sur le visage de la fille, semblaient regarder au travers, dans un vague déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]   Sam 29 Sep - 10:52

Cet être peut aussi utiliser la magie ?



Cachée derrière une montagne de déchets, Yuu se demandait bien ce qu’elle allait devoir faire, la créature étrangement cauchemardesque devait sans doute l’avoir repéré et devait être en train de se diriger vers elle désormais ! Tentant de reprendre le contrôle des battements de son cœur, la petite demoiselle se dit qu’elle devrait fuir, après tout elle ne faisait déjà pas le poids face à des humains dit normaux alors contre un monstre… Ses chances de survie devaient être encore plus minces. Sauf que… Allez savoir pourquoi mais Yuu n’avait pas la moindre envie de s’en aller d’ici, elle avait au contraire envie de faire face à cette créature et d’en savoir plus à son sujet. Accroc au danger ? Non pas vraiment. Inconsciente ? Oh oui ! La vagabonde s’apprêtait à pointer le nez hors de sa cachette lorsqu’elle vit la créature se rapprocher d’elle, ne s’y attendant pas, son cœur se remis à battre à toute allure tandis qu’elle sentait ses mains devenir moite.

C’était qu’elle était tout de même assez impressionnant cette bête ! Lorsque cette dernière fondit tout à coup sûr Yuu comme si elle était une de ses proies, la petite demoiselle ne put s’empêcher de pousser un petit cri de surprise mêlée à de la peur. L’être était désormais tout proche d’elle, à un millimètre près et leurs visages rentraient en contact, enfin si c’était bien un visage qu’avait la créature car cela ressemblait presque à un masque. La vagabonde était à la fois terrifiée et fascinée par l’être qui lui faisait face, elle savait qu’il pourrait lui faire du mal mais elle n’avait pas envie de s’enfuir, elle avait… Envie de toucher la créature bizarre qui lui faisait face. Ce n’était pas un humain, c’était donc tout à fait normal que ce dernier l’intrigue.

Les battements de son cœur accéléraient la cadence lorsque que la créature lui faisant face se mis à toucher tout doucement son visage avec ses étranges mains métalliques griffues. Yuu n’osa pas bouger et fixer l’être dans les yeux en se disant que c’était bien la première fois qu’elle regardait quelqu’un sans ressentir de haine envers lui au préalable. Elle aussi avait envie de toucher son visage, elle avait envie de savoir de quelle matière, texture il était faite et ce qu’elle ressentirait en le touchant. En fait, la créature ne lui voulait peut-être aucun mal ? Elle était peut-être juste curieuse, tout comme l’été Yuu ? Cette pensée fit se détendre un peu la jeune fille mais qui resta tout de même un peu effrayée, après tout elle faisait face à quelque chose d’inconnu qui pouvait potentiellement lui faire du mal si elle le désirait.


- Mmm...moi ?

L’être qui semblait être dénué de bouche réussis tout de même à lui parler ce qui surpris légèrement la jeune fille, après tout avec la magie presque rien n’était impossible dans ce monde. Mais ce qui la surprit le plus ce fut la voix avec laquelle il parla, une voix semblable à celle d’un fantôme, ce qui lui donnait un aspect encore plus effrayant qu’il ne l’était déjà et la petite demoiselle se surpris à tressaillir en entendant le son de sa voix. Une fois la surprise passée, Yuu s’attarda un peu plus sur ses paroles et se demanda bien ce qu’il voulait dire par « moi » ? Elle n’eut pas à attendre très longtemps avant d’avoir une réponse, le visage/masque de la créature se mit à onduler avant de prendre l’apparence du visage de la petite fille qui arqua les sourcils.

Cette créature avait un pouvoir pour le moins… Particulier. Alors comme ça même les non-humains étaient capables de faire de la magie ? Il n’y avait vraiment qu’elle qui n’en était pas capable ? Mouè enfin… S’il pouvait reprendre son apparence normal maintenant ça serait bien, elle n’avait pas forcément très envie que quelqu’un d’autre ait le même physique qu’elle.


« Hum… Tu pourrais reprendre ton ancienne apparence ? J’ai pas très envie d’avoir l’impression de me parler à moi-même. Et sinon… Qu’est-ce que tu es ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des ordures et un déchêt [PV Yuu Mizuki puis libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ile d'ordures plus grande que le Texas
» 360 kg d'ordures par an par français...
» Tournoi de popularité [spécial "Ordures"]
» Au pays des ordures, les fumiers sont rois
» Les oiseaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Theoc Area :: Le Monde de Gaea :: Décharge-
Sauter vers: